asbaLa Terre n’a qu’un soleil

Association Saint Brieuc Agadez

L’Association Saint Brieuc Agadez est une association de coopération décentralisée. Elle s’inscrit dans une démarche de solidarité internationale et  a pour but de mener à bien des projets dans les domaines de l’éducation et de la formation, de la santé et de la culture auprès de la société civile d’Agadez, ville du Niger située à 1000 km au nord de la capitale Niamey.  L’ASBA est liée par une convention triennale à la ville de Saint-Brieuc
A. Les moyens
1. Le financement
Voir tableau et graphique ci joints
2. Les personnes
des bénévoles
Régie par la loi sur les associations à but non lucratif de 1901, l’ASBA compte une dizaine de bénévoles à Saint Brieuc. Ses statuts ont été déposés en préfecture le 22 avril 2006
La composition du bureau est la suivante :
-présidente : Sylvie PINAY, 7 rue des Roseaux 22440 Ploufragan
-vice président : Jean Paul BOULDE, 13 rue Albert Einstein 22000 Saint-Brieuc
-secrétaire : Jean Pierre PRIGENT, rue d’Anjou 22000 Saint-Brieuc
-Trésorier : Michel CHAPELAIN, 8 rue de la Fontaine aux Moins 22410 Lantic
Le conseil d’administration est  composé en outre : Arlette DANET, Alain LE GOFF, Luc DEDESSUS LE MOUSTIER, Catherine et Jean Marc DESBRUYERE
Le siège de l’association est fixé au Centre Social de la Croix Saint Lambert à Saint Brieuc.

un coordonnateur
Depuis 2010, Jacques Gazé, résidant depuis de nombreuses années à Agadez est le coordonnateur sur place des actions de l’ASBA. Représentant l’association  et assurant le contact avec les différentes autorités locales, il a permis à l’ASBA, grâce à son implication et à sa fiabilité,  de continuer à fonctionner en dépit de l’impossibilité de se rendre sur place depuis 2008 à la suite des problèmes d’insécurité sévissant au Niger. Il gère, en relation constante avec le trésorier grâce à une « dropbox », les montants versés sur un compte bancaire à Agadez et nécessaire au fonctionnement des activités. Une convention le liant à l’ASBA prévoit sa rémunération d’un montant de 10% des sommes engagées.
De plus, afin de mener les cours d’alphabétisation, un alphabétiseuse intervient depuis 2013 auprès des femmes suivant la formation couture et auprès des jeunes garçons en formation professionnelle
3. Les locaux
Le centre de formation est constitué de 2 locaux équipés de sanitaires et d’une petite maison pour le gardien :
·         1 local pour la couture de 8m X 6m. Il est équipé de 2 ventilateurs plafonniers, d’une grande table pour la coupe, de 10 machines à coudre à pédale, 1 machine brodeuse électrique, de 12 chaises semi-métalliques et 2 bancs en bois.
·         1 local pour l’alphabétisation de 5m X 7m50 équipé de 2 ventilateurs plafonniers, de 6 tables-bancs, d’une grande table, de 2 chaises, d’un projecteur pour tableau numérique interactif, d’un ordinateur, d’une malle métallique pour ranger le matériel. Ce local reçoit tour à tour les jeunes garçons en formation professionnelle et les femmes en formation couture.
4. Les partenariats
la ville de St Brieuc : une convention triennale lie l’ASBA à la ville de Saint-Brieuc. Cette convention fixe les missions des deux parties et l’aide financière apportée par la commune à l’association sous forme d’une subvention de fonctionnement et d’une subvention d’investissement.
Le REPTA : l’ASBA adhère au Réseau d’Education Pour Tous en Afrique. Dans le cadre de son action auprès des exclus du système scolaire, a doté le centre de formation de l’ASBA de 2 tableaux numériques interactifs (TNI). Le REPTA a également assuré la formation de son coordonnateur et de l’alphabétiseuse à l’utilisation des TNI lors d’un stage de formation à Ouagadougou en 2013.
B. Descriptif des activités
L’ASBA axe ses actions sur l’accompagnement de la société civile d’Agadez dans les domaines de l’éducation et de l’apprentissage, de la santé et de la culture.

1. L’éducation
L’ASBA a ouvert un centre d’alphabétisation et de formation aux métiers artisanaux en 2012. Cette initiative vise à répondre aux besoins exprimés à la fois par les groupements féminins et les professionnels de l’artisanat pour fédérer un lieu de formation et faciliter l’insertion professionnelle

Alphabétisation et couture
L’objectif est d’apporter aux femmes (jeunes filles  ou mariées) l’initiation de base à la lecture,  l’écriture et le calcul pour celles qui sont analphabètes et une amélioration de leurs connaissances pour celles qui ont quitté l’école trop tôt. Il y a aussi un volet éducatif pour l’hygiène et la santé, en collaboration avec le ministère nigérien de l’enseignement non formel. Parallèlement est engagée une formation de tricot, crochet et surtout de couture sur machine à coudre, sur 2 ans. L’apprentissage de couture à lieu le matin, de 8h30 à 11h30 du lundi au vendredi sous la direction d’une formatrice rémunérée par l’ASBA. L’alphabétisation a lieu l’après-midi de 14h30 à 16h30 grâce à une enseignante également recrutée par l’ASBA.

Actuellement 24 femmes sont inscrites, 12 en 1èère année (apprentissages de base) et 12 en 2ème  (avec initiation à la coupe et à la broderie). Ces activités ont un côté convivial entre les femmes du quartier. 2 fois par mois, grâce à leur contribution matérielle, elles participent aussi à un cours de pâtisserie. Elles ont également constitué une caisse pour le produit des ventes de leur travail.

Alphabétisation et formation professionnelle
Selon les années entre 7 et 10 jeunes sont en formation professionnelle. Du lundi au vendredi, ils suivent les cours d’alphabétisation de 8H à 10H puis se rendent chez leur patron dans les ateliers de mécanique ou de soudure.

2. La santé
En 2014, l’ASBA a financé un stage de formation aux grossesses à risques et de sensibilisation aux dangers de l’accouchement.  Du 29/10/2014 au 13/11/2014 16 réunions ont rassemblé des femmes dans les différents quartiers d’Agadez. Ce sont plusieurs milliers de femmes qui ont pu être sensibilisées sur la question. Du 26 au 29 novembre 2014, s’est également tenue à Agadez, grâce au financement de l’ASBA, la formation de 40 matrones (sage femmes) du District Sanitaire d’Agadez.

3. La culture
Depuis plusieurs années, l’ASBA verse une subvention de 2000 euros à une association agadézienne, COFRAÏR, organisatrice du festival rap d’Agadez. La 11ème édition a eu lieu en avril 2015.

4. Valorisation et communication
Afin de faire connaître son engagement, l’ASBA a édité un dépliant décrivant ses activités. L’association est présente chaque année au Forum des associations qui se tient à Saint Brieuc au début du mois de septembre. Elle est également partie prenante dans les différentes manifestations de la Semaine de la Solidarité Internationale : partenariat avec l’association Fandiyema pour la projection d’un documentaire ; participation à la journée des associations au centre social du Plateau à Saint Brieuc.
C. Impact
1. Education
Alphabétisation et couture
En 1 an la plupart des femmes arrivent à maîtriser  la connaissance de base pour la couture. Pour l’alphabétisation, les progrès sont lents, surtout pour celles qui n’ont jamais été à l’école.
Lorsque l’on demande aux femmes pourquoi elles ont voulu suivre cette formation, elles répondent : Pour être utiles dans leur foyer et trouver des moyens de revenus. Elles ont pu réaliser elles-mêmes des habits pour bébés et aussi pour femmes.  Certaines ont pu commencer à vendre leurs réalisations. Elles trouvent valorisant de pouvoir créer elles-mêmes des vêtements et de développer également des relations avec d’autres femmes du quartier. Elles expriment leur reconnaissance car le centre a apporté beaucoup de choses dans le quartier. Elles souhaitent que les activités continuent.

Alphabétisation et formation professionnelle
Ces jeunes garçons ont pu améliorer leurs capacités de lecture et d’écriture et une connaissance concrète d’un métier. Ils ont voulu suivre cette formation pour sortir de l’oisiveté, acquérir une réelle compétence dans un métier et espérer commencer à pourvoir aux besoins matériels.
Ils trouvent que la lecture est utile dans la vie comme dans le travail.
Ils ont trouvé du travail, certains même chez le patron qui les avait pris en stage

D. Perspectives
L’ASBA entend poursuivre ces actions dans les trois domaines de l’éducation, de la santé et de la culture et ceci dans un nouveau lieu de formation. Une citoyenne belge a proposé en effet de faire don de sa maison, située dans le centre historique d’Agadez à une association. Le montage retenu par le bureau de l’ASBA est celui de la création d’une association nigérienne qui sera receveuse de ce don. Cette association « sœur » est d’ores et déjà créée. L’ASBA de son côté est en train d’établir une convention s’engageant à assurer dans un premier temps des travaux de réhabilitation pour un montant approximatif de 3000 euros puis le fonctionnement du centre (financement des activités et des charges) avec les activités déjà engagées. A terme, l’objectif est d’augmenter le nombre de femmes et de jeunes garçons formés.