Solidarités ici et là bas, les initiatives associatives et citoyennes

Partage avec : Repair Café Vauréal, Koffi Hukportie, JERRYCAN DIY, Romain Chanut, et EMMABUNTUS présenté par Jack.

Les présentations et les échanges se sont déroulés en présence de Mahfou Diouf (Aide et Action) et de Oumar Tandia (Enda Ecopole – Sénégal).

Mahfou Droze Koffi

Repair Café

Koffi Hukportie a présenté l’association Générations Solidaires Val-d’Oise. L’association inscrit ses activités dans une démarche de solidarité par l’apprentissage intergénérationnel. Elle impulse en Val-d’Oise le concept de la réparation d’objets pour la réutilisation, l’accompagnement aux usages de l’Internet-Informatique pour les publics qui en sont éloignés.

Des étapes…

  • Créateur du premier Atelier Vélo Solidaire en Val-d’Oise
  • Président fondateur de Générations Solidaires en 2010
  • Créateur de Repair Café 95 en 2013
  • Président fondateur de Repair Café France en 2014
  • Initiateur de Ordi Solidaire Val-d’Oise en 2015
  • Promoteur du Pôle Territorial de Coopération Économique Vauréal-Hautil

Concept du Repair Café

  • Apprendre à réparer et ne pas courir après les nouveaux modèles.
  • Insérer professionnellement les « repair-acteurs »,
  • De la gratuité vers la création d’une forme économique ..

Tout a commencé par une action de réparation de vélos pour le Bénin, sur une idée de Gérard Droz, retrouvé ce jour là à l’AG du REPTA

Par la suite, création au Bénin d’une salle informatique.

En 2013 les membres de Génération Solidaire ont découvert le concept du Repair Café : Rencontres organisées entre les gens qui ont des compétences techniques et les propriétaires d’objets à réparer. L’enjeu est un autre regard sur les objets : Dépasser la logique imposée par la société de consommation achat-déchet (avec obsolescence programmée) pour aller vers une remise en service. Les acteurs de Générations Solidaires ont été les premiers à importer le concept en France. Depuis il a beaucoup essaimé avec l’appui des collectivités, sur l’idée de valorisation des déchets et les objectifs d’éducation au développement durable. Ceci rejoint une pratique très installée en Afrique !

« On essaie ici d’éviter que ce soit une mode : Donc on cherche une forme économique comme l’insertion professionnelle de personnes sans emploi ; on évolue vers une formation qualifiante des repair-acteurs. Le nom est un label déposé. Il suppose une réparation gratuite. Il faut donc plutôt penser à une forme africaine spécifique d’insertion professionnelle. A suivre car des actions communes sont envisageables. On installe un modèle d’économie circulaire… »

« On crée du lien entre les personnes qui donnent du savoir faire et celles qui apportent du matériel. La gratuité a une vertu : les personnes viennent plus facilement. Elles découvrent ainsi les difficultés des réparateurs… par exemple les obstacles délibérés des fabricants pour rendre compliquée la réparation. »

« En France on jette 12kg de vêtements par an par habitant… dont à peine 1/3 est recyclé, à la ressourcerie on dépose un objet pour faire une bonne action. Le principe du Repair Café est différent : On n’abandonne pas l’objet, on repart avec et on a appris à le réparer. En France on ne s’est pas rendu compte de l’importance de la logique d’échange des savoirs. Économie circulaire, sociale et solidaire. »

Document de présentation de Repair Café 95

Emmabuntüs :

Emmabuntüs a été conçu pour faciliter le reconditionnement des ordinateurs donnés aux associations humanitaires, en particulier les communautés Emmaüs (d’où son nom) et favoriser la découverte de GNU et de Linux par les débutants, mais aussi prolonger la durée de vie du matériel pour limiter le gaspillage entraîné par la surconsommation de matières premières. Cette Millième distribution GNU/Linux se veut épurée, accessible, équitable. Emmabuntüs contient tous les logiciels nécessaires à une prise en main rapide et agréable de GNU/Linux.

Il a été nécessaire de trouver un compromis pour faciliter l’accès à tous : ainsi on retrouve des logiciels non libres comme Skype, en attendant l’arrivée d’alternatives permettant aux néophytes une prise en main rapide. Afin de simplifier la navigation, un Dock a été ajouté, il donne accès à tous les logiciels de la suite. L’initiative est née de la proximité du lieu de création des compagnons d’Emmaüs. L’idée est de fournir des ordinateurs recyclés, fonctionnant avec des logiciels libres. Mais Linux est mal connu et il est plus difficile de se faire dépanner par un voisin qu’avec un environnement Microsoft. Une version plus conviviale de Linux-Ubuntu, avec une barre de tâches ressemblant à celle d’Apple, a donc été créée : Emmabuntüs.

La démarche n’est pas « libre ou rien » : à la demande on installe des logiciels gratuits même s’ils ne sont pas libres, par exemple Skype. « Emmabuntüs » fonctionne de façon fluide même avec des microprocesseurs un peu anciens.

Jerry do it together

Romain Chanut Cofondateur de Jerry Do It Together, l’ordinateur à fabriquer soi-même

Un processus d’assemblage de pièces d’ordinateurs récupérés :

L’ensemble est installé dans un bidon, plus facile à adapter aux besoins qu’une caisse métallique et plus léger. Un collectif de constructeurs est en ligne. Le site fournit les étapes de la réalisation d’un « Jerry ».

Depuis le début, environ 150 ont été produits, dont beaucoup en Afrique subsaharienne.

La démarche est une invitation des citoyens à passer à l’action.

Il n’y a pas de rétribution des personnes qui apportent leur expertise initiale.

Il faut un lieu d’ancrage, ne serait-ce que pour stocker le matériel.

Jerrycan contribue à une (petite) démystification des ordinateurs. Mais surtout permet de disposer du matériel à moindre coût.


(Le groupe du Togo…)

Comment lancer l’opération ?

1) Déclaration d’intention de construire un Jerry,

2) Utiliser l’assistance bénévole en ligne et sur place.

Il faut en effet un minimum de compétences initiales pour identifier les pièces à connecter, éviter les chocs électriques, assurer la ventilation et installer les logiciels. Il faut donc au moins au début de l’initiative une personne compétente… on lui crée un terrain de jeu collectif avec des naïfs à aider et à former.

Voir en ligne :

http://www.earthtalent.net/fr/idee/la-generation-y-solidaire-face-a-la-fracture-numerique-interview-pourquoi-avec-romain-chanut

https://www.tumblr.com/search/youandjerrycan